La Super Série DIRTcar : Un format de courses toujours intéressant?

Étant un des membres fondateurs des Gars de Courses, je ne m’étais pas encore mis aux avant-plans.  J’ai donc décidé aujourd’hui de vous faire part de mon analyse suite à la première course de la Super Série DIRTcar disputée le week-end dernier.

Samedi dernier avait lieu la première course de la Super Série DIRTcar au Can Am Speedway de La Fargeville dans l’état de New York.  Malgré un nombre de voitures appréciable pour la tenue de ce programme (49 voitures Modifiés), avons-nous eu un bon spectacle?

La plupart d’entre nous étions très contents du retour de la série gros bloc de DIRTcar mettant en vedette les pilotes habituels tel Sheppard, Decker, Williamson, Wight et bien d’autres.  Cette course, remportée par Stewart Friesen au terme des 100 tours, nous a malheureusement laissé sur notre appétit, à cause d’un spectacle bien ordinaire, sans trop d’action, où la majorité des pilotes qui ont gagné plusieurs positions au fil de la course l’ont fait par abandons des adversaires se trouvant devant eux.  La piste de Can Am, bien qu’elle ne semblait pas être pleine de trous et de bosses, n’avait qu’une seule ligne de course pour les compétiteurs, où seules les relances ou l’abandon des autres compétiteurs étaient les façons de gagner des positions sur la piste.


La piste de Can Am égale à elle-même

On ne se le cachera pas, la préparation de la piste et la qualité de la terre a une grosse influence.  La piste de Can Am nous a malheureusement rappelé cette fin de semaine qu’il y a encore pas mal de travail à y faire pour nous montrer un spectacle digne de se nom alors que dès les qualifications, la ligne de course se dessinait rapidement.  Ils ont eu beau travailler et humidifier la piste lors de l’intermission, ça n’a pas améliorer la piste comme tel.

 

Le format de la STSS une solution?

 

Outre le fait que cette course n’a pas été des plus palpitantes que l’on aura vu cette saison, je pense qu’il faut se poser une question : est-ce que le format que DIRTcar répète année après année pour ses courses de série gros bloc est toujours une option intéressante?  Après la course de samedi, on est en droit de se demander si une course de 100 tours est encore un spectacle intéressant pour le public, surtout après 20 ou 30 tours, quand la piste se retrouve qu’avec une seule ligne de course et que peu de dépassements sont possibles pour les coureur.

Plusieurs vont rapidement comparer les 2 séries majeures de Modifiés soit la Super Série DIRTcar (SDS) et la Short Track Super Serie (STSS) parce que la majorité des compétiteurs participent aux 2 séries, mais peut-on réellement les comparer?

La STSS mise sur des finales de 30, 40 ou 50 tours où les dépassements sont souvent nombreux.  Ayant un petit nombre de tours, les pilotes tombent rapidement sur le gaz pour tenter de se rendre à l’avant le plus rapidement possible vu le nombre réduit de tours.  Quant à elle, la SDS présente des courses beaucoup plus axées sur l’endurance et la gestion (essence, mécanique et pneus).  Il faut donc que les pilotes compétitionnent plus intelligemment de façon à pouvoir être du rendez-vous pour la fin de la course.

Bien que ce genre de course de longue haleine peut nous réserver toutes sortes de surprises, il fait souvent en sorte que le spectacle s’amenuise au fur et à mesure que la course avance par la dégradation de la piste, où les dépassements deviennent très difficiles pour les coureurs, ce qui rend le spectacle plutôt terne, sans trop d’action.  Plusieurs spectateurs se plaignent du spectacle terne de ce genre de courses, bien que j’ai personnellement vu certaines longues courses avec beaucoup d’actions (la course du centenaire à OCFS en 2019 entre autre).


Une réflexion s’impose

Oui DIRTcar préconise ce genre de courses depuis bon nombre d’années, mais je crois qu’il faut qu’ils réfléchissent au bien fondé de courir des courses aussi longues tout au long de la saison.  Il est évident que les spectateurs sont présentement en manque de voir des courses dans les autodromes, mais je pense qu’à moyen et long terme, DIRTcar pourrait tranquillement courir à sa perte par le nombre de spectateurs présents mais aussi par le nombre de voitures présentes à chaque programme.  Je ne crois pas que de tel changements affecteraient les assistances des courses de séries disputées au Québec, mais les spectateurs américains pourraient avoir une grosse influence sur la continuité d’un format de course du genre.

Des courses plus courtes?  Des courses segmentées?  Des courses de 100 tours?  150 tours?  200 tours?  Qui sait ce qui serait le meilleur format pour les courses de la Super Série DIRTcar.  Que vous aimiez ou pas les courses de longue haleine, je crois que DIRTcar devra tenir compte de l’avis de sa clientèle pour assurer l’avenir de sa série.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles publiés sur le site