Sunshine Nationals à Volusia: Un week-end qui tourne au désastre!

Le premier gros événement de la saison hivernale en Floride a littéralement tourné au désastre ce week-end à Volusia Speedway Park pour la tenue du Sunshine Nationals en Late Models.

 

Comme c’est le cas depuis quelques saisons, World Racing Group organise un événement sur trois jours pour permettre aux World of Outlaws Late Models d’ouvrir leur saison en compagnie de deux classes de soutien roulant en Late Models, soit les Pro Lates, et les 602 Lates. Le résultat? Des puits à pleine capacité de près de 150 voitures à tous les soirs, et la possibilité d’offrir un événement de plus à la clientèle de DIRTVision malgré des estrades plutôt dégarnies.

 

L’événement n’a pas tardé à tourner au vinaigre. Très tôt dans la soirée de jeudi, les organisateurs se sont bien rendus compte qu’ils étaient dans le gros trouble. La pluie abondante tombée dans la dernière semaine combiné à l’ajout récent de nouvelle terre glaise sur la piste a provoqué d’énormes crevasses dans les deux grands virages. Les accidents ont été nombreux et les bolides, pour la plupart flambant neufs, en ont pris pour leur rhume. J’avais l’impression de regarder le Chili Bowl tellement on a vu des voitures effectuer des tonneaux! Voilà qui n’est pas une bonne nouvelle quand on parle de bolides qui se retrouvent très rarement à la renverse.

 

On a tout tenté pour sauver la soirée de jeudi, mais rien n’y fit. Les nombreux accidents, les conditions de piste et l’heure tardive a forcé WRG à repousser les trois finales au lendemain après-midi.

 

On a finalement eu une première finale Late Models cette saison quand Dale McDowell au volant de sa voiture 17m est venu croiser le fil d’arrivée au premier rang sans avoir été vraiment inquiété. Une très belle histoire puisque McDowell a été complètement inactif derrière le volant depuis 4 mois après avoir combattu un cancer de la prostate. De le revoir sur la première marche du podium à son retour à l’action a fait sourire plusieurs personnes dans les puits. Dennis Erb Jr. et Kyle Larson sont venus compléter le podium. Encore une fois, « Yung Money » a montré à quel point il est a l’aise dans un Late Model en évitant les nombreux pièges après avoir avoir accepté le départ en 11e place.

 

Les problèmes n’ont pas été corrigés entre les deux journées. Les conditions de piste n’étaient rien de moins que pitoyables tout au cours de l’interminable journée de course, vendredi. Ce n’est pas les batailles qu’on surveillait en piste, c’était surtout de se demander lequel malheureux allait démolir son bolide à chaque course. Ça a créé un certain malaise à DIRTVision parce qu’après chaque course, un pilote se présentait pour une entrevue à la caméra et les conditions de piste revenaient constamment sur le tapis. Puisque Volusia Speedway Park est la propriété de WRG, on sentait bien que le groupe d’animation ne souhaitait pas rallonger le discours sur les conditions misérables… malgré le fait que c’était clairement le sujet du jour. Kyle Strickler a notamment qualifié le circuit « d’embarrassant ». C’était un terme poli. Quand un gars comme Kyle Larson se déplace pour courir, c’est une très mauvaise image qu’on laisse au sport de la terre-battue.

 

On était rendu à l’étape des B-Mains vers minuit samedi matin quand une pluie abondante s’est mise à tomber. Les organisateurs ont alors décidé de remettre le reste du programme au lendemain après-midi malgré des prévisions nettement défavorables à la tenue des courses. Et comme c’était attendu, la pluie a mis un terme aux émissions très tôt samedi matin. La course du vendredi soir non tenue sera remise au 16 février dans le cadre des DIRTCar Nationals.

 

Il ne reste plus qu’à souhaiter à World Racing Group qu’ils réussiront à remédier à la situation d’ici le début des Nationals avec la présence des Sprint Cars à compter du 7 février. À la vitesse que les voitures se déplacent à Volusia, des conditions aussi exécrables seraient beaucoup trop dangereuses pour y faire rouler des Sprint Cars.

Un vrai faux départ pour World Racing Group en 2022!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles publiés sur le site