Quelle saison morte?

L’expression saison morte désigne le temps de l’année entre 2 saisons. Si certains se tournent vers les courses de motoneige ou de VTT, plusieurs en profitent pour faire autre chose que de la course.

 

 

Cela ne veut cependant pas dire qu’on range la voiture de course dans le fond du garage et qu’on attend la fonte de la neige. La grande majorité des équipes s’affairent déjà à vérifier pièces par pièces la voiture utilisée en 2022. Si pour certains, un nouveau châssis arrive dans le garage, pour d’autres, c’est le temps parfait pour vérifier avec minutie chacune des soudures du châssis pour ne pas avoir de mauvaises surprises lors des pratiques d’avant-saison.

 

 

Pour les équipes plus fortunées, il peut arriver qu’on commande une voiture complète de A à Z mais une grande majorité vont garder des éléments utilisés en 2022 pour les installer sur la nouvelle voiture. On en profite donc pour faire vérifier tout ce qui est à engrenages. La transmission, la boîte de direction et le différentiel sont inspectés et bien souvent démontés puis remontés avec des pièces neuves. C’est également le temps pour les équipes courant dans des classes où on peut ouvrir le moteur de faire un rafraîchissement. On change les pièces qui auraient pu s’user pour s’assurer de partir en confiance. Toutes ses vérifications doivent être faites mais malheureusement, comme c’est de la mécanique, tout peut briser le premier soir.

 

Un nouvel élément à gérer pour les équipes

 

Cette année, il y aura un nouvel élément à regarder pour les Sportsman et les Modifiés et ce sont les pneus. Avec l’annonce de l’arrivée de American Racer à Granby et au RPM Speedway, plusieurs achèteront des roues supplémentaires pour permettre de faire facilement et rapidement le changement vers les pneus Hoosier pour courir à Drummondville et Cornwall. Il a été annoncé que les pneus Hoosier allaient être permis cette saison aux pistes Nascar du Québec et en tant qu’ancien préparateur de pneus, j’ai très hâte de voir les premiers tours de roues pour voir la différence entre les 2 manufacturiers de pneus.

 

 

La sécurité en tête de liste

 

Il y a une chose dont j’aimerais parler et bien que répéter souvent, il me semble que trop souvent la sécurité des pilotes passe après les performances. L’adage dit que les pilotes sont prêts à payer 5000$ pour aller plus vite mais 100$ pour des gants est trop dispendieux. Avec les différents accidents qu’on a vu dans les derniers mois dont celui de Ashton Torgerson au Chli Bowl, la sécurité devrait être une priorité pour chacun des pilotes qui prendront la piste en 2023.

 

 

D’ailleurs, plusieurs pilotes ont déjà affiché leurs couleurs et seront en Floride pour différentes épreuves sous peu. C’est tout un trip pour ceux qui peuvent le faire mais ça demande plusieurs heures de préparation pour être prêt à temps. Je les trouve très courageux et très passionnés de faire autant de kilométrage pour des courses qui ne payent pas plus qu’une course régulière et entre vous et moi, je ne voudrais pas payer le carburant dans le camion qui amène la remorque aux courses. On le sait, personne ne se met riche aux courses mais il ne demeure pas moins que ça prend des passionnés pour faire cela.

 

De l’aide pour les équipes

 

Déjà quelques équipes ont annoncées la vente de billets pour leur soirée de financement. Je sais qu’avec la flambée des prix et l’inflation dans toute les facettes de la vie, l’argent se fait plus rare mais ceux qui sont en mesure de le faire, chaque billet acheté est une aide importante pour les équipes et pilotes qui nous donnent un spectacle soir après soir. J’invite d’ailleurs les équipes à m’envoyer les informations par rapport à leur party et il me fera plaisir de partager cela sur le Facebook de Les Gars de Courses. Et si vous avez des compagnies et que vous cherchez une dépense, il y a plusieurs équipes qui seraient prêtes à vous écouter!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles publiés sur le site