Une recette simple mais efficace à Plattsburgh – Retour sur la STSS jeudi soir

Il n’était pas question que je rate le premier passage de la Short Track Super Series à Airborne Park Speedway à Plattsburgh NY, jeudi soir. J’ai fait le voyage avec ma fille Béatrice, mon père et mon chum Kevin Lusignan par une belle soirée de fin de printemps. On ne l’a pas regretté.

 

Pour l’occasion, ce sont 31 Modifiés qui étaient présents, un groupe de bolides très respectable d’autant plus qu’on roule toujours en Hoosier et non pas en American Racer à Airborne. D’ailleurs, plusieurs coureurs locaux n’étaient pas du rendez-vous. C’est pourquoi en juillet chez nous, si tous les réguliers de la série Nord font le voyage comme prévu, on devrait dépasser les 40 bolides pour les épreuves prévues les 30 et 31 juillet prochains à Granby et St-Marcel.

 

Premier constat sur notre soirée, l’efficacité avec laquelle s’est déroulée le programme avec à peu près aucun temps mort. On respecte le fait que la plupart des amateurs et membres d’équipe ont du travail le lendemain et le programme s’est déroulé très rapidement. Il était tout juste dépassé 22h quand nous avons repris la route vers la maison après avoir assisté à l’épreuve finale Sportsman qui suivait les Modifiés. On aurait pu prendre quelques minutes de plus pour rajouter un peu de mordant au circuit, mais on a décidé de poursuivre le programme sur une piste très sèche. La finale s’est déroulée à un train d’enfer avec une seule neutralisation avec 8 tours à faire à la finale de 70 tours. Ce n’était pas une piste qui permettait énormément de dépassements et il faut admettre que les pilotes qui avaient un gros block sous le capot n’ont pas été tellement avantagés par les conditions du circuit. On ne peut pas avoir le beurre et l’argent du beurre dans un scénario comme celui-là, mais de terminer le programme à une heure respectable était absolument le choix à faire à Airborne. Ils l’ont fait, bravo!

 

Croisé sur le site en milieu de soirée, le promoteur de la STSS Brett Deyo était tout sourire et très content de la réponse des amateurs pour le premier passage de sa série. C’était la première fois qu’il mettait les pieds à Airborne et il a été impressionné par la qualité des installations. C’est toujours agréable de se retrouver dans les puits où il y a beaucoup d’asphalte pour circuler et travailler sur les autos. C’est un site encore au goût du jour avec de belles estrades en aluminium. Seul petit bémol, c’est extrêmement difficile de circuler dans le stationnement après les soirées achalandées. Ça a pris une éternité se sortir du parking après la soirée avec une seule échappatoire pour les puits et le stationnement. Je ne vois toutefois pas beaucoup de place à l’amélioration à ce niveau puisque Airborne est situé tout près d’un quartier résidentiel et il n’y a pas de place pour élargir l’entrée vers la piste.

 

Je pense que Airborne a un très beau potentiel à exploiter le jeudi soir. D’abord, personne n’entre en compétition alors on peut attirer des pilotes de l’est ontarien, du Québec, mais aussi un peu plus au sud des Adirondacks. Je pense que le promoteur Mike Bruno peut continuer d’exploiter le jeudi soir parce qu’il y a des signes concrets que ça peut fonctionner. Le car count est plus que respectable en Sportsman et en 4 Cylindres aussi. Il s’agira de voir si on décidera d’amener American Racer l’an prochain et si tel est le cas, je suis persuadé qu’on va convaincre quelques équipes du Québec supplémentaires à venir régulièrement. Si on atteint le cap des 20 voitures en Modifiés à tous les soirs, on aura une très belle recette à succès. Le jeudi est aussi une belle journée pour la webdiffusion également avec un public plus captif que les vendredis ou samedis soirs. Nos collègues de Dirt Track Digest font de l’excellent travail en assurant la couverture à la télé à la carte tous les jeudis.

 

Voici en rafale quelques trucs que j’ai noté au fil de la soirée:

  • Donovan Lussier n’a pas raté son entrée en pilotant un Modifié pour la première fois de sa carrière. Il a tenu tête à plusieurs vétérans de la catégorie pour terminer 2e de sa qualification et se retrouver à la pige dès le départ. Le pilote de la voiture 61 a dégringolé rapidement en finale, mais on pouvait s’en douter. La marche est énorme entre un Sportsman, et directement dans un gros block pour une manche d’une série comme la STSS. Le Gambler a démontré toute l’étendue de son talent en finale Sportsman. Après avoir pris le départ 17e, il a terminé au pied du podium en 4e place. Il sera très dur à battre pour le championnat d’Airborne.
  • Anthony Perrego était à bord de la voiture numéro 4 de Bob Hentschel avec qui il entend prendre part à toutes les épreuves de la série Nord cette année. Dès qu’il a pris la mesure d’Alex Payne en deuxième moitié d’épreuve, personne ne pouvait s’approcher de lui en piste. Perrego sera à surveiller toute la saison puisqu’il est aussi rapide dans la STSS qu’il peut l’être dans la Super DIRTcar Series avec Vinnie Salerno, son autre équipe au numéro 4.
  • Une soirée plutôt tranquille pour Matt Sheppard. Parti 12e, il a ramené sa voiture en 7e place. Ce n’est pas le Sheppard dominant qu’on a l’habitude de voir pour l’instant cette année. Il est même 4e au moment où on se parle dans la SDS. Ça ne devrait pas rester comme ça très longtemps par contre.
  • Félix Roy était l’un des pilotes les plus rapides sur le circuit avant une relance fatidique au 62e tour. Il venait de remporter des duels à finir avec Sheppard puis Stewart Friesen. Je le croyais capable de venir mêler les cartes et décrocher une place sur le podium, mais ce ne fut pas le cas alors qu’il a perdu quelques places pour finir 8e. Tout de même, absolument rien de gênant pour Félix qui est de plus en plus dur envers lui-même. On sent qu’il veut performer et faire partie des meilleurs. Ça s’en vient…
  • David Hébert n’avait probablement pas la meilleure voiture et le bon moteur pour aller chercher une victoire. Mais le talent du Technicien de St-Damase ne fait aucun doute et il a longuement lutté avec Alex Payne pour la 3e place. Payne refermait constamment sur le ONE à la sortie de la courbe 2 et il faut admettre que David a été très poli envers son adversaire. Certains auraient pu se montrer plus agressif. Chez le ONE, on aura un moteur de type big-small block le 16 juin prochain lors d’une manche de la STSS à Devil’s Bowl au Vermont. Il sera à surveiller.
  • De nouveaux noms devraient faire partie de la liste de pilotes étrangers à la fin juillet sur nos pistes: Ajay Potrzebowski, Bobby Hackell IV, Mike Trautschold et Mike Maresca. Dans le cas de Maresca, sa dernière visite au Québec remonte à 2019 quand il avait participé à une épreuve à St-Guillaume. Il a bien hâte de revenir dans la Belle Province. Il était très rapide jeudi soir avec une belle deuxième place en finale.
  • Soirée à oublier pour Mike Mahaney dans la voiture 35, lui qui est non seulement régulier à Plattsburgh, mais toute son équipe y est basée également. Il a terminé 20e et s’est fait prendre un tour par les meneurs. Les mauvaises soirées arrivent même aux meilleurs de la profession.
  • Le système handicap était en fonction chez les Sportsman et il faut admettre qu’il est très sévère envers les pilotes de pointe. Prenons Donovan Lussier comme exemple, lui qui partait 8e en qualification mais qui est parvenu à terminer 3e. Malgré sa belle remontée, on lui a donné la 17e place sur la grille de départ. Je comprends le principe de vouloir augmenter la compétition et permettre à d’autres pilotes d’aller chercher le damier, mais je ne trouve pas ça logique de ne pas récompenser plus que ça un pilote qui parvient à dépasser en qualification sur un circuit capricieux.
  • Vous voulez vous déplacer à Plattsburgh pour les courses un jeudi soir? Assurez vous de partir de bonne heure et vous attendre à un peu de tout aux douanes de Lacolle. Parlez-en aux frères Keven et Karl Letendre que j’ai croisé à la billetterie de Airborne 5 minutes (!) avant le départ de la finale Modifiés. Ils venaient de gaspiller une grosse heure et demie aux douanes avec une seule guérite ouverte. Ça fait des petites soirées de courses!
  • Saviez-vous qu’il n’y a pas de vente de bière à Airborne Park Speedway? En tout cas, s’ils en vendent, je n’ai pas encore trouvé l’endroit. C’est assez particulier et on se doute bien de la perte de revenus net quand on ne vend pas de boisson aux courses. Il n’y a pas un endroit pareil à ce niveau aux États-Unis. Autant on peut être très restrictifs, autant ça peut être le free for all comme à Charlotte alors qu’on peut amener notre cooler à bière rempli à ras-bord dans les estrades, en autant que ça soit de la canette en aluminium. Idéalement, de la Miller Lite! Ou de la Twisted Tea.
  • Kevin Lusignan s’est sacrifié. Après 20 ailes de poulet au Buffalo Wild Wings, on l’a vu tester la poutine du Airborne à l’intermission. Il est le testeur de goût numéro 1 des Gars de Courses!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles publiés sur le site