Bruno Richard établi dans les rangs des Pro-Stock

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Ces dernières semaines ont été très mouvementées pour Bruno Richard qui a remporté deux victoires, mais cela ne l’a pas déconcentré, il se concentre sur l’objectif à long terme de cette saison.

 

La voiture 72 est une équipe familiale qui peut être trouvée en train de préparer la voiture avec maman Johanne, papa Jacques et le membre de l’équipe Marc-André chaque semaine à l’atelier de Gatineau au Québec. La famille personnelle de Bruno, qui comprend sa femme Isabelle et ses enfants William et Melina, s’implique également dans sa quête du championnat de la série DIRTcar Pro-Stock.

 

 

Concentré sur la tâche à accomplir, Bruno connaît le défi qui l’attend cette saison et est conscient de ses chances, mais il s’efforcera d’accumuler autant de trophées que possible en cours de route cette saison.

 

Le parcours pour arriver à ce point dans sa carrière de pilote a commencé à l’âge de 7 ans, lorsque lui et son frère Max faisaient des courses dans la cour de l’atelier de carrosserie de son père.  Bruno est ensuite devenu membre de l’équipe de course sur terre de Denis Gauvreau à l’âge de 9 ans, une étape formatrice dans sa vie qui l’a exposé à la routine de l’entretien des voitures de course.

 

C’est une occasion de participer à l’Enduro de 200 tours de 1998 à l’ancien Autodrome Edelweiss qui a changé la perspective de Bruno sur la course sur terre battue.  À l’âge de 15 ans, en soutenant la voiture de Denis Gauvreau, le numéro 72 sur la portière de sa Camaro 83, il n’a pas seulement pris le départ de la course que Bruno a gagnée.  Depuis ce jour, Richard a été consumé par le virus de la course et n’a jamais regardé en arrière.

 

En 2000, Bruno a commencé à courir à plein temps à l’Autodrome Edelweiss dans la division Mini Stock. Cependant, la saison de débutant de Bruno ne commence pas bien, puisqu’il fait exploser le moteur de sa CRX lors de la première course.  Finalement, la voiture a eu besoin de beaucoup de travail, mais elle a été de retour sur la piste quelques semaines plus tard.  C’est sa meilleure saison pour Richard, mais les choses vont changer à 180 degrés en 2001.

 

 

 

La saison 2001 est considérée comme une année de rédemption. Bruno a dominé la division Mini Stock de l’Autodrome Edelweiss, remportant cinq victoires et le titre de champion du circuit avec quelques points d’avance sur son frère Max.

 

Bruno s’est vu offrir l’opportunité de piloter pour Denis Hamel dans la classe Semi-Pro en 2004. Bruno a terminé quatrième du championnat, avec cinq victoires, et a été nommé recrue de l’année.

 

Il a ensuite remporté le titre du circuit d’Edelweiss avec 11 victoires la saison suivante, et il a également terminé deuxième dans la série Lightning, qui comprenait plusieurs circuits à l’époque.  Bruno a ensuite construit sa propre voiture durant l’hiver 2006-07 avec l’aide de Denis Hamel.  La voiture portera le numéro 72 en l’honneur du coureur qui lui a enseigné les rudiments de la course, Denis Gauvreau.

 

Pour la saison 2007, avec une nouvelle voiture dans l’écurie et un budget limité, Bruno a choisi les courses auxquelles il participerait.  Il a également pris la décision de courir sur d’autres circuits que son circuit d’origine, l’Autodrome Edelweiss.  L’équipe obtient également un moteur de Denis Gauvreau dans le cadre d’un parrainage.  L’équipe s’est mise à courir sur des pistes comme Mohawk, Cornwall et Brockville, en plus de l’Autodrome Edelweiss, ce qui a permis à Bruno d’acquérir plus d’expérience en se mesurant à d’autres pilotes.  À la fin de la saison 2007, Bruno avait remporté neuf victoires.

 

En 2011, Bruno a voulu changer un peu les choses et a acheté la voiture d’Andrew Giroux, retournant à ses racines dans la division Street Stock.  L’année suivante, il a remporté six autres victoires de finale à ajouter à son CV.

 

Les meilleurs moments de Bruno à bord de son Street Stock se sont produits en 2013, lors d’un week-end que son père a surnommé  » Dream Weekend « .  Il a participé à une finale de 100 tours au RPM Speedway le samedi.  Il a rencontré des problèmes mécaniques dès le départ et a dû repartir en queue de peloton.  Bruno a remporté la course de 100 tours.  L’équipe a ensuite réparé la voiture sur le parking à l’aide d’une paire de pince « vise-grip ».  Le dimanche, l’équipe 72 a participé à deux finales inversées de 25 tours à St-Guillaume.  Il a remporté les deux finales contre toute attente, un moment qu’il n’oubliera jamais.

 

Au cours des années suivantes, la course a été mise en veilleuse en raison d’engagements familiaux et professionnels et n’a couru que de temps en temps. En 2016, il s’est essayé dans un Sportsman et a pris part à quelques courses, l’une à l’Autodrome Granby et l’autre au Fall Nationals Brockville Ontario Speedway.

 

Bruno est retourné dans la division Street Stock pour les saisons 2016 et 2017 et s’est vu accorder la possibilité de piloter dans cette division par son copain Alain Belisle.  Bruno a participé à dix courses tout au long de ces deux saisons, remportant deux victoires de finale.

 

Bruno a récupéré son ambition ultime en 2019 en achetant le Pro-Stock du pilote Stéphane Lemire, un châssis classique Stinger x. Joey Ladouceur a précédemment fait campagne pour cette voiture, qui a un énorme palmarès avec de nombreux championnats et victoires en piste.

 

 

 

 

Cependant, la saison suivante a déraillé et ne s’est pas déroulée comme prévu.  En raison de la pandémie, la saison 2020 a été quelque peu raccourcie, mais Bruno a tout de même réussi à remporter quatre courses et à terminer deuxième dans les points à Granby.

 

Mais en 2021, les choses se sont finalement mises en place et Bruno était de nouveau sur les rails.  Avec un total de six victoires en finale et le championnat de piste à Granby, Bruno a montré le talent qu’il a pour piloter dans la division Pro-Stock.  Richard a ensuite remporté la série Farnham Ale, ainsi que la série Warriors à Cornwall.

 

Après une saison réussie en 2021, il y avait encore des choses à finir.  Bruno explique : « Cette saison, je ferai toutes les séries Pro-Stock et, avec un peu de chance, je courrai au Mile, ce dont j’ai rêvé ces dernières années.  La vraie cerise sur le gâteau sera de courir à Charlotte et aux « World Finals ».  Après ça, nous verrons.  La voiture sera à vendre à la fin de la saison, mais si elle n’est pas vendue, j’aimerais courir à Bristol si les courses reviennent en 2023.  Une excellente façon de commencer la saison de course ».

 

Avec quatre victoires en finale, d’un championnat de piste, de deux titres de série et de la recrue de l’année DIRTcar en l’espace de trois ans dans la division Pro Stock, l’avenir est grand ouvert pour Bruno et, si le destin est sur la table, peut-être même une victoire au Mile.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on email
Email

Derniers articles publiés sur le site